Mairie

L’édifice de la mairie a été construit dès 1853, conçu par l’architecte Pourchot

mot-du-maire

Moirans-en-Montagne, qui reçut une charte des Abbés de Saint-Claude en 1351 jouissait de privilèges et de revenus. La maison de ville située près de l’église que la communauté partageait au XVIIIème  siècle avec le bailliage (circonscription administrative, financière et judiciaire) était probablement celle qui figure sur le plan cadastral ancien.

Après rachat et démolition de vieux immeubles, la ville construisit en 1838 un nouvel édifice à un rétrécissement de la rue principale (rue de Saint-Laurent, aujourd’hui rue Pasteur) pour loger la mairie et la justice de paix.

C’est au même emplacement que la municipalité a décidé, en 1853, de créer une nouvelle place (il n’existait que la place « Royale », aujourd’hui place de Verdun) et de reconstruire un édifice plus spacieux  pour la mairie et la justice de paix auquel devait s’articuler une halle au blé (Grenette).

L’ensemble était réalisé en 1858 sur les plans de l’architecte René Léon Victor Pourchot (concepteur entre autres de la Préfecture du Jura, de l’église Saint-Désiré de Lons, etc.) L’horloge publique y fût placée en 1873.
De style néoclassique, à l’imposante façade, l’édifice a été inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques le 19 septembre 2007. Il témoigne, dès sa construction, de la richesse de la commune, principalement due à la vente de bois (75 % des revenus de la commune).

L’architecture de l’Hôtel de Ville est basée sur un plan proche du carré. L’édifice est construit sur trois étages dont les élévations en pierre de taille sont soignées. L’avant-corps de la façade est décoré de colonnes en brocatelle de Molinges et Chassal (marbre), de pilastres, d’un balcon, de frontons et balustres, etc.

La halle au blé (Grenette) a d’abord servi de halle aux grains puis de marché couvert. En 1907, une structure métallique de Guillot Pelletier vient recouvrir la halle, selon le style Baltard.

La mairie se situe place Robert Monnier, du nom d’un Moirantin, né en 1925 et diplômé de l’école des Arts et Métiers de Cluny. Maquisard détaché à la Compagnie Picard, en stationnement près de Longchaumois, il est mortellement blessé au combat de La Mouille, atteint par les balles ennemies le 22 août 1944, à l’âge de 19 ans. Pour son courage et son sacrifice, le Général de Gaulle le cite à l’ordre de l’Armée.